Un peu d'histoire - Maison de la pierre
La Maison de la Pierre du Sud de l'Oise est une invitation à découvrir l'univers des carriers, toujours en activité aujourd'hui. Ce site présente les nombreuses façons de découvrir ce patrimoine vivant.
pierre, carrière, Saint-Maximin, Oise, Paris, visites, activités, ludique, familial
16555
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16555,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1,vc_responsive
 

Un peu d’histoire

Utilisée depuis l’époque gallo-romaine, la pierre a d’abord été extraite à flanc de coteaux (le long de la rivière Oise) principalement pour les besoins locaux. Mais elle était également acheminée jusqu’à Lutèce, grâce au transport fluvial sur l’Oise et la Seine. On sait par exemple que les Thermes de Cluny ont été construits avec de la pierre du sud de l’Oise (Paris, fin du IIe – début du IIIe siècle). Elles constituent certainement le plus beau vestige de Lutèce encore en élévation aujourd’hui !

© DR.

A partir du Moyen-Âge, les fortifications de bois se voient remplacées par de véritables châteaux de pierre. En ces temps, les édifices religieux églises, cathédrales, abbayes (dont les fonctions sont aussi considérées comme « nobles ») seront également bâtis en pierre… Car, si elle résiste mieux aux assaillants en temps de conflits, la pierre est aussi moins sensible aux incendies que le bois !

Nos carrières sont dès lors mises à contribution.

C’est d’ailleurs à cette époque que les carriers commencent à extraire la pierre en ouvrant des galeries souterraines. Les outils dont ils disposent alors sont très rudimentaires et l’ouvrage est difficile. L’extraction est entièrement faite de main d’homme. Un véritable tour de force, qui a contribué à la construction du Pont-Neuf (fin XVIe), de la Place des Vosges (début XVIIe), de la Place de la Concorde (XVIIe– XVIIIe), des Invalides (fin XVIIe) ou du Palais-Bourbon (début XVIIIe), mais pas seulement…

Car c’est au XVIIe siècle que la pierre du sud de l’Oise a surtout connu son essor. L’Académie Royale d’Architecture certifie alors que sa très bonne qualité va permettre de remplacer la pierre de Paris, progressivement devenue inexploitable. La pierre du sud de l’Oise est facile à travailler, résistante aux intempéries et peut aisément être acheminée vers la capitale grâce à la proximité des voies fluviales.
Le XIXe siècle sera quant à lui celui du Paris haussmannien. Et ces amples réalisations architecturales sont presque entièrement issues des sous-sols de la vallée de l’Oise ! A cette époque, Napoléon III décide de moderniser Paris. D’importants travaux sont donc entrepris, nécessitant une prodigieuse quantité de pierre dont les carrières du sud de l’Oise fourniront la majeure partie.

Présentes dans la construction des immeubles haussmanniens, elles contribuent aussi à l’édification de grands équipements tels que les gares, les grands magasins ou l’Opéra Garnier

© Citelum.

A ces fins, les techniques d’extraction évolueront et les carriers disposeront enfin d’outils leur permettant d’extraire les pierres les plus dures. Ils vont donc progressivement abandonner les carrières souterraines pour ouvrir des carrières dites « à ciel ouvert » (car le « ciel » dans une carrière correspond au plafond…).

Venez voyager dans le temps au centre de la pierre :
visitez la carrière souterraine Parrain !